Pour nous trouver :

Alcool Alsace Addictions

Maison Multiassociative

7 rue des loisirs

67120 MOLSHEIM

 

Téléphone : 07 70 96 29 83

Cliquez ici

Agenda & Actualités

Vous pouvez vous rendre sur la page Agenda afin ce vous tenir informé des différentes activités de notre association: réunions, groupes de parole, sorties et autres événements. Cette page est mise à jour de façon régulière.

Cliquez ici

Permanences & Réunions

Dans un but non-lucratif, certains membres de notre association se rendent à des rendez-vous, de façon hebdomadaire afin de tenir des Permanences & Réunions. De façon générale, ces permanences sont principalement organisées à Wasselonne et Saverne.

Cliquez ici

Nous contacter

Vous voulez devenir membre ou simplement nous rendre visite ? 

 

Vous pouvez directement vous rendre à l'adresse indiquée ci-dessus les semaines impaires le mercredis à partir de 20h00. 

 

Utillisez notre formulaire de contact pour obtenir davantage d'informations.

 

Cliquez ici

Citation du mois

 

« Un jour, on te dit que reprendre un verre d’alcool ce serait comme aller se baigner sans savoir nager. Quand on sait qu’on va se noyer, on réfléchit. »

 

Jacques Dutronc

 

 

 

LES PRODUITS DOPANTS

Qu’est ce que c’est ?

Il est question de conduites dopantes lorsqu’une personne consomme une substance chimique ou un médicament pour affronter un obstacle, réel ou ressenti, ou/et pour améliorer ses performances, qu’elles soient physiques, intellectuelles, artistiques... Il n’existe pas une, mais une multitude de conduites dopantes : rien de comparable en effet entre l’étudiant qui consomme des compléments de vitamines de façon très ponctuelle en période d’examen et celui qui consomme régulièrement ou à forte dose des anabolisants pour développer sa musculation ou améliorer ses performances physiques, ou des gluco-corticostéroïdes pour repousser les limites de la fatigue.

 

Dès lors que ces consommations concernent un individu préparant ou participant à une compétition sportive et que le produit utilisé appartient à la liste des substances ou procédés interdits définis par la loi, on parlera alors de dopage sportif.

 

 

De nombreux facteurs interviennent dans les motivations des usagers et prédisposent à une conduite dopante et/ou au dopage sportif :

 

 

- Garçon ou fille : les filles consomment plus fréquemment des produits (vitamines, médicaments, etc.) pour améliorer leurs performances intellectuelles et scolaires, alors que les garçons consomment deux fois plus que les filles des produits pour améliorer leurs performances physiques et sportives.

- L’âge : le nombre d’usagers augmente au cours de l’adolescence.

- Les pairs/le milieu familial : le comportement des aînés vis-à-vis des substances psychoactives est important.

 

- L’obligation de résultats ; vis-à-vis des résultats.

 

- La pression ou le désintérêt de l’entourage.

 

- L’isolement social : l’éloignement du domicile, des lieux d’études, de travail ou d’entraînement sportif.

 

- Le système de carrière dans le milieu sportif et la recherche de célébrité.

 

­- Les amis, les collègues de travail : le besoin de s’intégrer.

Les stimulants

Les amphétamines, la cocaïne, l’éphédrine et les produits dérivés sont les plus utilisés. Les stimulants sont consommés pour accroître la concentration et l’attention, réduire la sensation de fatigue. Ils augmentent l’agressivité et font perdre du poids. Ces produits interviennent sur le système cardiovasculaire et neurologique. Leur consommation peut entraîner des troubles psychiques.

 

Le dépassement du seuil physiologique de la fatigue entraîné par l’usage de ces substances peut provoquer des états de faiblesse pouvant aller jusqu’à l’épuisement, voire jusqu’à la mort.

Les agents anabolisants

Pour la plupart, ils sont dérivés de la testostérone, l’hormone sexuelle mâle.

 

Ces produits (nandrolone, stanozolol, THG, etc.) développent les tissus de l’organisme : les muscles, le sang... Ils permettent d’augmenter la force, la puissance, l’endurance, l’agressivité, la vitesse de récupération après une blessure. Certains agents anabolisants diminuent les douleurs, en particulier articulaires. Selon la dose consommée, ces produits provoquent notamment des tendinites, de l’acné majeure, des maux de tête, des saignements de nez, des déchirures musculaires, des troubles du foie pouvant évoluer vers des cancers et des troubles cardiovasculaires pouvant entraîner le décès.

 

Les agents anabolisants peuvent entraîner une dépendance physique.

Les gluco-corticostéroïdes

Ces substances antifatigue ont une action psychostimulante et anti-inflammatoire. Elles augmentent la tolérance à la douleur et permettent de poursuivre un effort qui serait insupportable dans des conditions normales.

 

Leur consommation entraîne en particulier une fragilité des tendons, des déchirures musculaires, des infections, etc. Les symptômes vont de la simple fatigue chronique avec une chute des performances à une

défaillance cardiovasculaire pouvant conduire au décès.

 

Les gluco-corticostéroïdes peuvent entraîner une dépendance physique.

Les narcotiques

Ces substances assoupissent et engourdissent la sensibilité.

 

Ils sont utilisés pour supprimer ou atténuer la sensibilité à la douleur, et provoquer une impression de bien-être. Ils entraînent des effets nocifs : risques de dépression respiratoire, d’accoutumance et de dépendance physique, diminution de la concentration et de la capacité de coordination.

Les bétabloquants

Ces médicaments régulent et ralentissent le rythme de la fréquence cardiaque. Ils permettent une diminution des tremblements et ont également un effet antistress.

 

Parmi leurs effets nocifs, on note une impression de fatigue permanente, des chutes de tension artérielle, des crampes musculaires, un risque de dépression psychique et une impuissance sexuelle en cas d’utilisation habituelle et répétée.