Pour nous trouver :

Alcool Alsace Addictions

Maison Multiassociative

7 rue des loisirs

67120 MOLSHEIM

 

Téléphone : 07 70 96 29 83

Cliquez ici

Agenda & Actualités

Vous pouvez vous rendre sur la page Agenda afin ce vous tenir informé des différentes activités de notre association: réunions, groupes de parole, sorties et autres événements. Cette page est mise à jour de façon régulière.

Cliquez ici

Permanences & Réunions

Dans un but non-lucratif, certains membres de notre association se rendent à des rendez-vous, de façon hebdomadaire afin de tenir des Permanences & Réunions. De façon générale, ces permanences sont principalement organisées à Wasselonne et Saverne.

Cliquez ici

Nous contacter

Vous voulez devenir membre ou simplement nous rendre visite ? 

 

Vous pouvez directement vous rendre à l'adresse indiquée ci-dessus les semaines impaires le mercredis à partir de 20h00. 

 

Utillisez notre formulaire de contact pour obtenir davantage d'informations.

 

Cliquez ici

Citation du mois

 

« Un jour, on te dit que reprendre un verre d’alcool ce serait comme aller se baigner sans savoir nager. Quand on sait qu’on va se noyer, on réfléchit. »

 

Jacques Dutronc

 

 

 

LE TABAC

Le tabac, qu'est-ce que c'est ?

Le tabac est une plante cultivée dans le monde entier. Après séchage, les feuilles monde entier. Après séchage, les feuilles sont mises à fermenter pour obtenir un goût spécifique. Les tabacs en feuilles sont classés selon leur variété ou leur mode de séchage. Les tabacs bruns sont séchés à l’air et au feu ; les tabacs blonds sont séchés à l’air chaud ; les tabacs clairs (“goût américain”) sont séchés à l’air ou au soleil. Le tabac est proposé à la consommation sous forme de cigarettes, cigares, en vrac à rouler ou pour la pipe, à chiquer.

Effets et dangers du tabac

Le tabac contient de la nicotine, qui possède un effet “éveillant”, anxiolytique et coupe-faim. Les produits du tabac (cigarettes, tabac à rouler, etc.) sont composés d’additifs (humectants, goût, saveur…). La combustion de ces produits crée de nouveaux composants (monoxyde de carbone, goudrons...) nocifs pour la santé.

 

L’ensemble de ces composants agit en particulier sur :

 

- La fonction cardiovasculaire : le tabac augmente la pression artérielle, accélère le rythme cardiaque et détériore les artères. Les risques coronariens et les décès par infarctus du myocarde sont deux fois plus élevés chez les fumeurs. Ces risques vasculaires touchent aussi les artères du cerveau et des membres inférieurs.

 

- La fonction respiratoire : les fumeurs s’exposent à des troubles au niveau de tout l’appareil respiratoire, notamment au risque de bronchite chronique et au risque de cancer du poumon.

 

- La fonction digestive : la nicotine augmente la sécrétion des acides gastriques et agit sur le système nerveux central. Le tabac limite l’apport d’oxygène au cerveau et aux muscles. Il est responsable de maux de tête, de vertiges et d’une diminution de la résistance à l’exercice.

Le tabac limite l’apport d’oxygène au cerveau et aux muscles. Il est responsable de maux de tête, de vertiges et d’une diminution de la résistance à l’exercice.

Tabac et dépendance

La dépendance au tabac est confirmée chez la plupart des fumeurs.

 

Le fumeur régulier privé brutalement de sa consommation ressent une sensation de manque. Il est tendu, nerveux, irritable, angoissé, voire déprimé. Il peut trembler et avoir des sueurs ; il lui est difficile de réprimer l’envie de reprendre une cigarette. Il est possible de s’arrêter de fumer sans aide particulière, ni médicament ou substitut. Cependant, on peut trouver auprès d’un médecin de ville ou d’une consultation spécialisée en milieu hospitalier des conseils et des aides pour cesser de fumer.

 

Les nombreuses méthodes d’aide au sevrage peuvent être utilisées éventuellement sous contrôle médical :

 

- Substitutions nicotiniques (patchs, gommes à mâcher, vendus en pharmacie) permettant un sevrage progressif de la nicotine et réduisant les effets du manque.

 

- Traitement médicamenteux.

 

- Aide psychologique individuelle ou collective, rencontres avec d’anciens fumeurs, relaxation et techniques respiratoires, diététiques, etc. peuvent être préconisées.

Tabac et grossesse

Le tabagisme chez la femme enceinte est un facteur de risque avéré de retard de croissance intra-utérine: le poids de naissance du bébé diminue de 150 à 250 g en moyenne. Le tabagisme chez la femme enceinte accroît également les risques de grossesse extra-utérine, et de prématurité. En ce qui concerne le syndrome de la mort subite du nourrisson, une association significative avec le tabagisme maternel pendant et après la grossesse (tabagisme passif autour du bébé) a été retrouvée dans de nombreuses études : le risque de mort subite est augmenté de deux à trois fois, selon la fréquence de la consommation.

 

Enfin, dans la petite enfance, une consommation plus importante de soins pour survenue de troubles respiratoires (bronchites, etc.) a été observée chez les bébés nés de mères fumeuses, ou soumis au tabagisme passif. Dans tous les cas, les risques augmentent avec le nombre de cigarettes consommées, et la durée du tabagisme pendant la grossesse.

Mortalité annuelle imputable au tabagisme

60 600 décès dont 90% d’hommes.

33 % des décès prématurés chez les hommes (adultes de 35 à 69 ans).

9 % des décès prématurés chez les femmes (adultes de 35 à 69 ans).

 

La mortalité liée au tabac, essentiellement masculine, s’explique par la prépondérance d’hommes fumeurs au cours de ces 40 dernières années. Elle a toutefois commencé à régresser au milieu des années 1990. En parallèle chez les femmes, le poids du tabagisme sur la mortalité connaît une croissance continue depuis 1980 (en lien avec le développement du tabagisme féminin). L’incidence des cancers du poumon a au moins doublé entre 1980 et 2000 (de 3,7 pour 100 000 femmes en 1980 à 8,6 pour 100 000 en 2000) et devrait continuer à augmenter selon des données projectives.

Tendance statistique

Les quantités de tabac consommées par les Français ont augmenté jusque dans les années 1980, pour baisser ensuite de façon notable, parallèlement à l’augmentation du prix de vente de ces produits. La proportion de fumeurs est en diminution depuis de nombreuses années alors que la proportion de fumeuses, beaucoup plus faible il y a vingt ou trente ans, a beaucoup augmenté depuis et se stabilise depuis le début des années 2000. Une baisse récente est constatée chez les jeunes malgré les stratégies marketing destinées à les séduire (paquets “fun”).

Quelques chiffres

Brun ou blond, roulé, en cigare ou plus rarement en pipe, prisé, mâché, le tabac est en cause dans 66 000 décès par an en France.

 

Sur l’ensemble des cancers, 1 sur 4 est associé au tabac. Le tabac est en cause dans la grande majorité des cancers des bronches, des poumons, des cavités buccales, de l’oesophage. Il augmente fortement le risque d’autres cancers tels que le cancer de la vessie, du pancréas, etc.

 

En France, 33% des hommes et 27% des femmes de 18 à 75 ans déclarent fumer régulièrement.

En France, 47% des garçons et 48% des filles de 17 à 18 ans déclarent être fumeurs.

 

13 ans est l’âge moyen de la première cigarette en France.

 

55 000 nouveaux patients sont accueillis dans les consultations de tabacologie.

84 000 patients souhaitant s’arrêter de fumer en médecine de ville par semaine.

 

Environ 2 millions de fumeurs traités sous substituts nicotiniques, dont 1,3 million sous timbres transdermiques.