Pour nous trouver :

Alcool Alsace Addictions

Maison Multiassociative

7 rue des loisirs

67120 MOLSHEIM

 

Téléphone : 07 70 96 29 83

Cliquez ici

Agenda & Actualités

Vous pouvez vous rendre sur la page Agenda afin ce vous tenir informé des différentes activités de notre association: réunions, groupes de parole, sorties et autres événements. Cette page est mise à jour de façon régulière.

Cliquez ici

Permanences & Réunions

Dans un but non-lucratif, certains membres de notre association se rendent à des rendez-vous, de façon hebdomadaire afin de tenir des Permanences & Réunions. De façon générale, ces permanences sont principalement organisées à Wasselonne et Saverne.

Cliquez ici

Nous contacter

Vous voulez devenir membre ou simplement nous rendre visite ? 

 

Vous pouvez directement vous rendre à l'adresse indiquée ci-dessus les semaines impaires le mercredis à partir de 20h00. 

 

Utillisez notre formulaire de contact pour obtenir davantage d'informations.

 

Cliquez ici

Citation du mois

 

« Un jour, on te dit que reprendre un verre d’alcool ce serait comme aller se baigner sans savoir nager. Quand on sait qu’on va se noyer, on réfléchit. »

 

Jacques Dutronc

 

 

 

LA COCAINE

La Cocaïne, qu'est-ce que c'est ?

La cocaïne se présente généralement sous la forme d’une fine poudre blanche, cristalline et sans odeur. Elle est extraite des feuilles de cocaïer. Lorsqu’elle est “sniffée”, elle est appelée « ligne de coke » ; elle est aussi parfois injectée par voie intraveineuse ou fumée, principalement sous forme de crack (ou free base).

Effets et dangers de la Cocaïne

L’usage de cocaïne provoque une euphorie immédiate, un sentiment de toute-puissance intellectuelle et physique et une indifférence à la douleur et à la fatigue. Ces effets laissent place ensuite à un état dépressif et à une anxiété que certains apaisent par une prise d’héroïne ou de médicaments psychoactifs.

 

La cocaïne provoque :

 

- Une contraction de la plupart des vaisseaux sanguins. Les tissus, insuffisamment irrigués, manquent d’oxygène, et se détériorent (nécrose). C’est notamment souvent le cas de la cloison nasale avec des lésions perforantes chez les usagers réguliers.

 

- Des troubles du rythme cardiaque. Ils peuvent être à l’origine d’accidents cardiaques, notamment chez des personnes fragiles et/ou qui consomment de fortes quantités de tabac.

 

- Des troubles psychiques, une grande instabilité d’humeur, des délires paranoïdes ou des attaques de panique.

 

- Une augmentation de l’activité psychique et, par conséquent, des insomnies, des pertes de mémoire et des phases d’excitation.

 

 

Une autre caractéristique de la cocaïne est de lever les inhibitions, ce qui peut conduire à des actes de violence, des agressions sexuelles, des dépenses compulsives, etc. La sensation de “toute-puissance” entraînée par la cocaïne peut engendrer des passages à l’acte. En outre, les matériels utilisés pour “sniffer” peuvent transmettre les virus des hépatites B et C, s’ils sont partagés entre plusieurs usagers. En cas d’injection, le matériel partagé peut transmettre le virus du sida et des hépatites B et C.

Cocaïne et dépendance

Excitant puissant, la cocaïne provoque une dépendance psychique importante. Il est difficile d’arrêter une consommation intense de cocaïne tant le besoin d’en reprendre (appelé “craving”) est important. L’apaisement, même avec la consommation d’une autre substance, est très difficile à obtenir.

Un dérivé de la Cocaïne, le Crack

Le crack est un mélange de cocaïne, de bicarbonate de soude et/ou d’ammoniaque, qui se présente sous la forme de petits cailloux. L’usager en inhale la fumée après les avoir chauffés. Cette opération provoque des craquements, origine de son nom.

 

 

Effets et dangers du crack

 

Ce mode de consommation provoque des effets plus intenses et plus brefs que ceux de la cocaïne et l’état dépressif qui lui succède est encore plus marqué. L’usage régulier de crack peut provoquer des hallucinations et entraîner des comportements violents, paranoïaques ou suicidaires.

 

L’usage régulier de crack peut provoquer :

 

- Des dommages rapides sur le cerveau.

- De graves altérations des voies respiratoires.

- Des arrêts respiratoires et/ou cardiaques pouvant entraîner la mort.

- Des états d’épuisement physique et psychique avec une altération de l’état général.

- Des lésions cutanées (aux mains et aux lèvres) liées aux pratiques de consommation.

 

 

Sa consommation régulière crée rapidement une forte dépendance psychique et une neurotoxicité (dégénérescence des neurones) très importante. Les usagers, même après avoir cessé d’en consommer, restent souvent et longtemps (plusieurs mois) soumis à des altérations de l’humeur et à un désir très important de reprise de la drogue (“craving”), à l’origine de fréquents épisodes de rechute.

 

 

Comme pour la cocaïne, il n’existe pas de traitement de substitution tel que ceux qui existent pour les opiacés. La prise en charge fait appel à des techniques variées (traitements antidépresseurs, thérapies de groupes et/ou individuels, thérapies motivationnelles…). Elle doit dans tous les cas s’appuyer sur un accompagnement long et continu.

Quelques chiffres

4 % des hommes (adultes de 18 à 64 ans) déclarent avoir pris de la cocaïne.

1 ,5 % des femmes (adultes de 18 à 64 ans) déclarent avoir pris de la cocaïne.

 

2,8 % des garçons (jeunes de 17 à 18 ans) déclarent avoir pris de la cocaïne au moins une fois dans la vie.

1,7 % des filles (jeunes de 17 à 18 ans) déclarent avoir pris de la cocaïne au moins une fois dans la vie.

 

La cocaïne est à l’origine de 5 à 6% des demandes de soins, dont 2% pour le crack. Elle est souvent présente dans les tableaux de polyconsommation et 11% des personnes prises en charge déclarent en consommer actuellement.

 

2458 interpellations d’usagers de cocaïne et 744 usagers de Crack.

29 ans C’est l’âge moyen de l’usager de cocaïne interpellé.

34 ansC’est l’âge moyen de l’usager de crack interpellé.

2434 trafiquants (internationaux, locaux ou usagers- revendeurs) de cocaïne interpellés.

 

462 trafiquants de crack interpellés.

 

Tendance statistique :

 

Bien que très loin derrière le cannabis, la cocaïne est la deuxième substance illicite la plus expérimentée (un usage au moins une fois dans la vie). Longtemps cantonnée aux milieux aisés ou au contraire à des usagers de drogues très marginalisés, la consommation de cocaïne s’est élargie à d’autres milieux, notamment lors d’événements festifs (clubs, soirées privées, free party ou teknival).

 

Le profil de l’usager de crack vu dans les structures de soins est un homme plus âgé que la moyenne des usagers de cocaïne (32 ans), très désocialisé. Toutefois, on note l’apparition de nouveaux consommateurs issus des cités ou dans les milieux festifs en région parisienne.